Pour vivre longtemps, soyez optimistes !

Une étude de l'Université Hébraïque révèle que l'optimisme prolonge l'espérance de vie des personnes âgées.

Le bonheur peut être synonyme de meilleure santé, mais aide-t-il à vivre plus longtemps ? C'est la question à laquelle se sont attelés des chercheurs de l'Université Hébraïque de Jérusalem dans le cadre d'une très longue étude commencée dans les années 1990. Ils ont examiné l'impact de l'optimisme sur la longévité et ont découvert que le fait de garder une attitude positive peut directement prolonger la vie. Le professeur Jochanan Stessman, directeur de l'Institut du vieillissement de l'université de Jérusalem, a dirigé l'étude avec le professeur Jeremy Jacobs et le docteur Yoram Maaravi. Les résultats ont été publiés dans The Journals of Gerontology.

Dr. Yoram Maaravi 

Les données sont basées sur la "Jerusalem Longitudinal Study" de HU. Cette étude à long terme a suivi 1 200 habitants âgés de Jérusalem nés en 1920 ou 1921 et a analysé leur santé, leur capacité à fonctionner, leur bien-être économique, leurs compétences sociales, leur niveau d'anxiété, leur intégrité et leur optimisme. L'optimisme a été mesuré par des questions sur les expériences positives des participants et leurs attentes pour l'avenir.

"Nos résultats indiquent que l'optimisme a un impact sur la survie, alors que d'autres études ont montré qu'il améliore les fonctions liées à la santé, comme notre système immunitaire, réduisant les facteurs de risque d'hypertension et de problèmes cardiaques, et peut-être même de cancer", a déclaré M. Maaravi.

Outre les entretiens individuels, les chercheurs ont examiné les dossiers médicaux et, par la suite, les dossiers de décès des participants. Par ailleurs, ils ont pris en compte des paramètres tels que le sexe, la situation économique, le statut marital et parental, le niveau d'éducation, l'activité physique et sociale et bien d'autres encore.

Une fois toutes les données en main, l'équipe a établi une corrélation entre une perspective positive et une vie plus longue, et a trouvé des preuves évidentes que les participants âgés (de 85 à 90 ans) ayant un score d'optimisme élevé avaient un taux de survie supérieur de 20 % à ceux qui étaient moins optimistes. Ce chiffre passait à 25 % dans la tranche d'âge des 90 ans et plus. L'étude a également révélé que les hommes, en général, étaient plus optimistes que les femmes.

Dans les pays où la population est importante et vieillissante, il est crucial de mieux comprendre les facteurs qui contribuent à une vie longue et saine. "L'optimisme ne doit pas être considéré comme un trait de caractère avec lequel nous naissons, mais comme un trait que nous pouvons développer", a partagé Maaravi. "Il est important de réfléchir à des moyens d'accroître l'optimisme, car il est plus évident que jamais qu'il peut aider les gens à toutes les étapes de leur vie."