Un nouveau traitement pour prévenir l'inflammation intestinale dévastatrice chez les patients atteints de cancer

Jérusalem - Des travaux expérimentaux ont permis de révéler une thérapie qui soulagerait l'inflammation des muqueuses (un effet secondaire grave et courant de la chimiothérapie et de la radiothérapie chez les patients atteints de cancer ou les patients préparés pour une transplantation de moelle osseuse). Cette recherche a été réalisée par une équipe internationale de chercheurs des Etats-Unis et d’Israël dirigée par des scientifiques de l'Université hébraïque de Jérusalem.

La mucite est une forte réaction inflammatoire des muqueuses du système digestif, en particulier de l'intestin. Cette inflammation est souvent une des principales raisons de l’arrêt prématuré de la thérapie anti-cancer. En date d’aujourd’hui, il n’y a eu aucun moyen efficace de prévenir ou de traiter la mucite.

Le groupe de recherche à l'Université de Jérusalem est spécialisé dans le génie génétique des modèles de souris ( GEMMs ) porteur d’inflammation et de cancer. Naama Kanarek, un étudiant en doctorat au Centre Lautenberg d'Immunologie et Recherche sur le Cancer à la faculté de médecine de l'UHJ, a créé un modèle de souris conçu pour étudier l'effet de la suppression d'un gène codant l'enzyme bêta -TrCP.

Cette enzyme a été découverte dans le laboratoire du professeur Yinon Ben – Neriah à l’Université de Jérusalem il y a 15 ans, en collaboration avec le professeur israélien lauréat du Prix Nobel Aaron Ciechanover, comme étant un régulateur majeur des cascades inflammatoires.

Kanarek a trouvé que la suppression du bêta -TrCP dans l'intestin provoque des dommages de l'ADN de la muqueuse, imitant l'effet de la chimiothérapie et de la radiothérapie. A l’instar des patients humains, elle a montré que la réaction grave de la mucosite se produit chez les souris génétiquement modifiées sans bêta -TrCP.

Tracer la base pathologique de l'inflammation des muqueuses de souris a révélé que la cause du problème était l'interleukine- 1 (IL- 1 beta), une protéine sécrétée par la muqueuse soulignée. Il a été montré que l’IL- 1 bêta ouvre de façon anormale la paroi intestinale, permettant aux bactéries de l'intestin de pénétrer et détruire l'intérieur de l'intestin. Et plus important encore, Kanarek a observé que le traitement des souris avec un anticorps bloquant l'IL-1 bêta empêche l'apparition de l'inflammation des muqueuses chez la souris sans bêta -TrCP.

Sur la base de ces résultats, les chercheurs ont proposé que des réactifs de blocage IL- 1b bêta, comme l'anakinra (Kineret) , qui est utilisé pour traiter certains troubles inflammatoires chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn, soient essayés pour prévenir la mucite chez l'homme.

Le travail des chercheurs a été publié récemment dans la revue américaine PNAS.