Vous souvenez-vous de la première fois que vous avez... ?

Etudiante en PhD Anna Terem

Le Professeur Ami Citri de l'ELSC à l'Université de Jérusalem met en évidence le siège de l'addiction dans le cerveau, le claustrum.

Vous souvenez-vous où vous étiez lorsque vous avez entendu pour la première fois que deux avions s'étaient écrasés sur les tours jumelles de New York ? Ou de l’endroit où vous étiez pour votre premier baiser?

Nos cerveaux sont câblés pour conserver les informations relatives au contexte dans lequel des événements très importants se sont produits. Ce mécanisme sous-tend également la toxicomanie et c’est pour cela que fréquenter un environnement ou des personnes associées à des souvenirs de consommation de drogue conduit souvent à une rechute.

La façon dont notre cerveau crée cette forte association est cependant moins claire. Aujourd'hui, de nouvelles recherches menées par le professeur Ami Citri et l'étudiante en doctorat Anna Terem du Centre Edmond et Lily Safra pour les sciences du cerveau de l'Université Hébraïque de Jérusalem (HU) et de l'Institut Alexander Silberman des sciences de la vie, montrent qu'une région cérébrale relativement obscure connue sous le nom de claustrum joue un rôle important dans l'établissement de ces liens. Ils ont publié leurs résultats dans la dernière édition de Current Biology.

Prof Ami Citri

Les résultats des chercheurs correspondent à l’idée de « saillance incitative », le processus qui détermine l’opportunité d’un stimulus par ailleurs neutre. Par exemple, une façade de magasin de bonbons devient très attrayante pour les enfants après des associations répétées qui qualifient les friandises comme récompenses. Avec le temps, les enfants apprennent inconsciemment à « vouloir » voir le magasin comme un stimulus, ce qui est distinct de leur réel « amour » des bonbons comme récompense. En examinant de plus près comment le contexte est associé à la cocaïne, les chercheurs ont découvert un groupe de neurones dans le claustrum qui s'allumait pendant la consommation de cocaïne. De plus, ces neurones jouent un rôle central dans la formation d'un processus attractif qui relie le contexte au plaisir de la cocaïne.

Pour déterminer quand et comment le claustrum participe à la saillance incitative, Citri et son équipe ont utilisé un test de préférence de place conditionnée (CPP) pour un groupe de souris de laboratoire. Au cours de ce test, les souris ont appris à associer la récompense au contexte. Le chercheur a administré de la cocaïne aux souris et les a placées dans une zone avec un sol distinctif (rocailleux) et des motifs muraux (pois), ce qu'une souris remarquerait, car la drogue a commencé à agir. Après quelques essais, une fois placée dans une pièce où les souris pouvaient choisir de passer du temps dans une ambiance similaire à celle associée à la cocaïne (sols rocailleux et murs à pois) ou dans une zone neutre (sol lisse et murs rayés), les souris se rassemblaient rapidement dans la zone où leur drogue avait été administrée.

Pour tester l'implication du claustrum dans la manière dont un contexte est associé à une récompense donnée, Citri et son équipe ont observé les changements de comportement des souris lorsqu'elles ont inhibé ces neurones claustraliens. Ils ont constaté que l’inhibition de ces neurones inhibait les réponses comportementales des souris à la cocaïne, ce qui signifie qu’elles ne préféraient plus fréquenter un environnement associé à la cocaïne. En revanche, l'activation de ces neurones - même en l'absence de cocaïne - a amené les souris à développer une préférence pour ce contexte.

Surtout, l'équipe a constaté que l'activité du claustrum n'était pas nécessaire pour récupérer le souvenir de la cocaïne. Une fois que les souris avaient été placées plusieurs fois dans un contexte d'appariement de cocaïne pour profiter du sentiment « high » de la cocaïne, la mémoire de ce contexte était codée et l'inhibition du claustrum n'avait aucun effet sur leur préférence pour le contexte d'appariement de cocaïne. « Ces résultats ont renforcé notre confiance dans le fait que le claustrum fait en effet partie intégrante de la saillance incitative, augmentant la prise de conscience de la souris dans le contexte dans lequel elle a vécu le high de la drogue », a déclaré Citri.

Alors que le nombre de décès causés par une surdose de drogue augmente d'année en année, cette nouvelle étude a des implications de grande envergure pour une meilleure compréhension de la nature de la dépendance et de l'importance de briser les indices contextuels avant qu'ils ne se développent. « En reconnaissant que le claustrum joue un rôle central dans la création d'une association de contexte pour la récompense, il devient une structure d'intérêt pour le domaine de la toxicomanie. Nous espérons que ces connaissances mèneront au développement de nouveaux outils de diagnostic pour identifier les populations sensibles à la dépendance, ainsi qu'à de nouvelles approches thérapeutiques », a conclu Terem.

Retrouvez ici un article sur ce sujet dans le Jerusalem Post