Le cannabis médical aide les enfants atteints d’épilepsie sévère

Depuis quelques années, l'utilisation du cannabis médical pour traiter les enfants malades est en hausse, même si des questions subsistent quant aux avantages et à la sécurité de ces traitements. Une équipe de chercheurs de l'Université hébraïque de Jérusalem (HU) a réalisé la toute première méta-analyse de patients pédiatriques traités au cannabis médical afin de mieux comprendre les risques et les avantages de la consommation de cannabis chez les jeunes patients.

La méta-analyse a été menée par le professeur Ilan Matok de la faculté de pharmacie et du centre de pharmacie David R. Bloom de l'Université hébraïque de Jérusalem, ainsi que par Nir Treves, candidat au doctorat. Ils présenteront leurs conclusions lors du 31e symposium annuel de la Société internationale de recherche sur les cannabinoïdes (ICRS) qui se tient à Jérusalem cette semaine, pour la toute première fois. La conférence est organisée par le Centre multidisciplinaire de recherche sur les cannabinoïdes (MCCR) de l'Université de Jérusalem, un centre de recherche de premier plan sur les cannabinoïdes, les endocannabinoïdes et le cannabis médicinal.

Matok et son équipe ont découvert que le cannabis médical est particulièrement efficace pour traiter l'épilepsie sévère et les effets secondaires pernicieux de la chimiothérapie. Cependant, les effets secondaires de ces traitements chez les enfants restent une question ouverte. Selon Matok, "comme le cannabis médical n'est pas largement reconnu comme un médicament accepté ou réglementé, il n'y a tout simplement pas eu assez d'études pour savoir s'il est approprié pour les enfants."

L'équipe a examiné sept études cliniques portant sur environ 500 jeunes patients (âgés de moins de 18 ans). Malgré le nombre limité de participants, ils ont pu constater les effets positifs et négatifs de la consommation de cannabis médical sur la santé mentale et physique des enfants. Par exemple, l'équipe a constaté que le CBD (cannabidiol) est efficace pour réduire le nombre de crises graves chez les enfants, en particulier ceux qui souffrent d'épilepsie difficile à traiter. Cependant, le CBD supprime aussi considérablement leur appétit. Ils ont également constaté que plusieurs ingrédients de la plante de cannabis utilisés dans les traitements médicaux ont un effet négatif sur l'état mental des enfants, provoquant fatigue, apathie, vertiges et léthargie.

"Les enfants ne sont pas de petits adultes", a partagé Matok. "Le cannabis médical affecte les enfants différemment, et les médecins doivent être très attentifs à ces différences". Du côté positif, le cannabis médical s'est avéré très utile pour les enfants soumis à une chimiothérapie, en réduisant la gravité des nausées et des vomissements qui accompagnent souvent ce traitement.

L'étude du cannabis médical chez les enfants en est encore à ses débuts. Le cannabis n'étant pas enregistré en tant que médicament, il est souvent prescrit aux enfants en fonction des besoins, avec des preuves cliniques limitées. "Alors que les sociétés Pfizer et Moderna ont pu mener des essais cliniques sur des enfants pour leur vaccin COVID-19, il existe peu d'essais cliniques de premier ordre sur la consommation de cannabis chez les enfants. L'objectif de notre méta-analyse est de faire la lumière sur ce domaine et de fournir aux médecins et aux parents une vision plus éclairée du potentiel du cannabis à aider ou à nuire à leurs jeunes patients", a conclu Matok.

Le prochain projet de recherche de Matok consiste à étudier l'effet de la marijuana médicale sur les jeunes patients, en cherchant spécifiquement à savoir si elle augmente leurs taux de dépression, d'incidents cardiovasculaires et d'implication dans des accidents de voiture.