« Au revoir Martine »

 C’est avec émotion et tristesse mais également forts de tout ce que nous avons partagé avec elle, que nous disons au revoir à notre amie Martine Dassault qui nous a quittés le vendredi 15 février. Nous saluons le destin d’une femme remarquable, dont le sourire, la bienveillance, l’écoute, la délicatesse, la détermination et l’engagement sans faille pour les causes qui lui tenaient à cœur, nous ont accompagné de longues années et continueront de nous porter.

Martine et Laurent Dassault lors du Gala Scopus 2013.

 

Nous sommes de tout cœur aux côtés de ses filles, Noémie, Clara et Géraldine, de son époux Laurent et de ses six petits-enfants, David, Léa, Gabriel, Noam, Simon et Ariel.

Son engagement pour l’Université hébraïque de Jérusalem, ces quinze dernières années, a été total. Elle en a été Gouverneur et honorary fellow (Cliquez ici pour lire le discours fait lors de la cérémonie de remise de son honorary fellowship le 12 juin 2018.)

 

De gauche à droite : Michael Federmann, Président du Board, Martine Dassault et Asher Cohen, Président de l'Université hébraïque de Jérusalem.

 

Présidente de l’UHJ-France de 2012 à 2016, Martine Dassault a apporté par son énergie, sa créativité, et son charisme, une exceptionnelle contribution à la recherche et au développement de l’ELSC dont elle a été l’ambassadrice infatigable.

 

Martine Dassault lors du Board of Governors 2016 pour l'inauguration du nouveau bâtiment de l'ELSC.

 

Nous avons envie de partager ici avec vous le message de Yonith Benhamou, responsable des étudiants étrangers à l’Université hébraïque de Jérusalem, qui a côtoyé Martine Dassault au sein de l’UHJ-France notamment du temps de sa présidence de 2012 à 2016. « Une grande petite dame est partie. Une grande petite dame que je ne suis jamais parvenue à tutoyer, que j’ai eu le bonheur de côtoyer. Rue de Longchamp (siège de l’UHJ-France), vous n’avez laissé personne indifférent. D’abord, il y avait cette silhouette flamboyante, toujours impec, super mode, avec des couleurs chatoyantes. Je garde en mémoire ce violet, votre couleur fétiche et vos colliers farfelus. A l’UHJ, vous entriez les bras chargés de sushis et de gâteaux. On mettait toujours un coca zéro de côté car c’était votre carburant. Les déjeuners on les passait à visionner les vidéos de vos petits-enfants. Je pense à vos trois merveilleuses filles et vos petits-enfants très très fort. Une grande petite dame vous étiez, férue d’art. Je partageais avec vous mon goût pour les expos en tous genres, les reportages d’Arte. Vous parcouriez le monde avec bien sûr New York et Tel Aviv comme points d’attache où vivent deux de vos filles. Et puis il y avait aussi cette transmission de la mémoire de la Shoah qui vous était chère, se souvenir. Zakhor, c’est de vous que l’on se souviendra toujours. Reposez en paix. Z’’L. »