Prix Israël de médecine attribué au développeur du médicament contre la maladie d'Alzheimer

Professeur Weinstock -Rosin, photo par Nati Shohat


Le ministre israélien de l'Éducation Shai Piron a annoncé que le Prix Israël de médecine était décerné au professeur Marta Weinstock –Rosin de l'Université hébraïque de Jérusalem.

Professeur émérite de l’Institut de recherche sur les médicaments  de l’école de pharmacie au sein de la Faculté de médecine de l’Université de Jérusalem,  Marta Weinstock-Rosin est surtout connue pour le développement de l’Exelon, un médicament vedette pour le traitement de la confusion et la démence liée à la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson.

Weinstock-Rosin est mariée et mère de quatre enfants et  de20 petits-enfants. Elle est professeur à l'Université hébraïque depuis 1981 et a servi en tant que chef de l'École de pharmacie en 1983. Sa recherche actuelle est axée sur les médicaments qui améliorent le fonctionnement du cerveau et de la mémoire chez les patients atteints de maladies dégénératives du système nerveux central. Il a été démontré qu’Exelon est un médicament efficace pour traiter les symptômes modérés de la maladie d’Alzheimer.

Il est fabriqué par la compagnie pharmaceutique Novartis qui a fait l’acquisition du brevet auprès de Yissum, la société de transfert technologique de l'Université hébraïque. Le Professeur Weinstock -Rosin est également le co- développeur du Ladostigil avec le professeur Moussa Youdim de l'Institut israélien de technologie Technion.  Au cours de son développement le Prof Weinstock -Rosin a découvert qu’à de faibles doses, le Ladostigil empêche la dégénérescence du cerveau et lesq troubles de la mémoire chez les rats âgés. Le médicament est actuellement en cours  de la phase 2 d'essais cliniques en Israël et en Europe pour la prévention de la maladie d’Alzheimer.


Née à Vienne en 1935, Weinstock -Rosin a obtenu son BPharm et une maîtrise en pharmacologie à l'Université de Londres, puis un doctorat en pharmacologie à la Faculté de médecine de l'Hôpital St. Mary. Elle est devenue un professeur de pharmacologie à l'Université de Londres, et a émigré en 1969 en Israël avec son mari et ses enfants pour rejoindre la faculté de médecine de l'Université de Tel Aviv. De 1976 à 1977, elle a pris un congé sabbatique de recherche à l'Institut national américain de la santé et a reçu une subvention de cet institut pour ses recherches sur le mécanisme d'action des opiacés.