Une étudiante doctorante de l’UHJ remporte le Prix Kaye pour l’Innovation grâce à ses recherches

Cette recherche promet de gros avantages commerciaux pour l’industrie, en particulier pour les produits pharmaceutiques et cosmétiques ainsi que pour l’agriculture.

Cette méthode, développée par Katy Margulis Cohen, étudiante du professeur Shlomo Magdassu, produit une conversion rapide d’une microémulsion d’huile dans de l’eau contenant une substance insoluble en une poudre sèche composée de nanoparticules qui peuvent être facilement se dissoudre dans l’eau ou dans d’autres fluides biologiques.

Améliorer une telle solubilité est particulièrement important dans le domaine pharmaceutique, où près de 50% des médicaments nouvellement découverts ne peuvent être administrés ou sont très mal absorbés en raison de leur faible solubilité.

L’augmentation de solubilité est aussi importante dans le domaine de l’agriculture puisque dans leur majorité les insecticides sont fortement hydrophobes (résistant au mélange avec l’eau), et leur application directe nécessite donc l’utilisation de solvants organiques qui sont nuisibles aux agriculteurs et à l’environnement.

En cosmétique, les ingrédients actifs pour la distribution par voie cutanée sont généralement aussi résistants à l’eau, de sorte que leur intégration dans des élaborations non grasses à base d’eau est d’une grande importance.

Ce nouveau procédé peut être aussi appliqué dans de nombreux autres domaines, tels que la nutrition et la fabrication d’encre d’imprimerie ainsi que dans celle de la peinture.