Les enfants d'origine européenne présentent un risque plus élevé de cancer de la peau

 

Jérusalem, le 21 mai 2013

Une nouvelle étude menée à l'aide des dossiers médicaux de plus d'un million d'adolescents israéliens avant leur service militaire, montre clairement comment l'exposition de jeunes enfants à la peau claire au soleil israélien augmente considérablement le risque de mélanome cutané (une forme grave de cancer de la peau).

 

L'incidence du mélanome cutané est à la hausse dans toutes les régions du monde où vivent des personnes à peau claire. Les taux ont triplé au cours des dernières décennies aux États-Unis, et la hausse a été encore plus marquée en Europe.

 

Qu'en est-il en Israël? Quels sont les segments de la population les plus à risque et à quel stade? Le Dr. Hagai Levine et le Prof. Jeremy Kark de l’Ecole Hadassah Braun de Santé Publique et de Médecine de Ville  de l'Université de Jérusalem avec d'autres chercheurs ont tenté de trouver des réponses, en utilisant les dossiers de jeunes hommes juifs examinés entre 1967 et 2005 ; ces hommes ont été suivis pour  risque de cancer jusqu'à fin 2006. Les femmes n'ont pas été incluses dans l’étude, leurs données n'étant disponibles que sur une période plus récente.

Dans leur étude, les chercheurs ont constaté - sans surprise - un risque quatre fois plus élevé de cancer de la peau chez les Israéliens nés en Israël et d'origine européenne (y compris d’Amérique du Sud et du Nord, d'Australie et d'Afrique du Sud) et chez ceux ayant immigré de ces pays par rapport à ceux venant d'Afrique du Nord ou d'Asie.

La latitude subtropicale d'Israël fait que ses résidents sont exposés à plus de rayonnement solaire que dans une grande partie de l'Europe, les résultats montrent que l’exposition au soleil dans l'enfance est un facteur de risque clair et évitable pour le mélanome. L’analyse des données a montré que les personnes ayant passé leur enfance en Europe et venues en Israël avant 10 ans présentent un risque de mélanome cutané presque doublé par rapport à ceux arrivés d'Europe plus tard dans l'enfance.

 

L'étude de la susceptibilité au mélanome selon les pays d'origine est particulièrement adaptée à Israël à cause de l'immigration massive qui a eu lieu depuis la création de l'Etat, amenant dans le pays des Juifs d'Europe, d'Afrique du Nord et d’Asie occidentale ayant différentes teintes de peau.

 

L'étude sur le mélanome cutané en Israël a été publiée récemment dans l'International Journal of Cancer. En plus du Dr Levine et du Professeur Kark, des chercheurs du Corps Médical de Défense d’Israël, du Registre National du Cancer et d'autres institutions ont participé aux travaux.

Ils ont utilisé une vaste base de données tirée d'examens médicaux militaires, leur permettant de mener une étude à grande échelle afin d'identifier les populations à risque élevé et les périodes critiques d'exposition au soleil pendant l'enfance, afin de contribuer à orienter les efforts de recherche en santé publique.

Israël est l'un des rares pays occidentaux où le service militaire est obligatoire. Tous les adolescents juifs israéliens sont tenus de se présenter à 17 ans pour un examen médical avant le service militaire (même en cas de dispense ultérieure de service). En conséquence, l'utilisation de ces données fournit un échantillon représentatif de la jeune population juive, en particulier des hommes.

 

Ces résultats, disent les chercheurs, sont très importants à la fois pour démontrer que l'exposition au soleil pendant l'enfance, notamment des personnes à peau claire, est un facteur de risque de mélanome cutané qui pourrait être évité et également pour orienter les efforts de recherche en santé publique