Un dispositif révolutionnaire donne aux malvoyants la possibilité de lire

OrCam : le chercheur israélien Amnon Shashua de l’Université de Jérusalem met au point  un dispositif révolutionnaire qui donne aux malvoyants la possibilité de lire.

 

Le chercheur Amnon Shashua, professeur d'informatique à l'Université de Jérusalem a conçu OrCam, un système donnant aux malvoyants la possibilité de lire. Il est basé sur des algorithmes de vision informatique qu'il a mis au point avec un autre membre du corps professoral, Shai Shalev-Schwartz, et un de ses anciens étudiants, Yonatan Wexler.

OrCam est une petite caméra reliée par un mince câble à un ordinateur portable tenant dans la poche de l'utilisateur. Le système s’accroche sur les lunettes avec un petit aimant et utilise un haut-parleur à conduction osseuse pour offrir un discours clair et lit  à haute voix les mots désignant l'objet pointé par l'utilisateur.

« Ce qui est remarquable est que le dispositif apprend grâce à l'utilisateur à reconnaître un nouveau produit», a déclaré Tomaso Poggio, un informaticien au MIT qui est expert en vision informatique et avec qui le Dr Shashua a fait ses études supérieures. «C'est plus complexe qu'il n'y paraît et, en tant qu'expert, je trouve cela vraiment impressionnant. »

Le système OrCam est simple d’utilisation. Pour reconnaître un objet ou un texte, l'utilisateur pointe simplement son doigt, et le dispositif interprète ensuite la scène. Il reconnaît un ensemble d'objets préenregistrés et permet à l'utilisateur d'ajouter à sa bibliothèque un nouvel objet simplement en agitant sa main, ou en intégrant l'objet dans le champ de vision de la caméra - par exemple, le texte d’une étiquette, un immeuble, un feu rouge ou encore un panneau de signalisation.

Jusqu'à présent, les aides de lecture pour malvoyants et aveugles étaient des appareils encombrants qui reconnaissaient des textes dans des environnements restreints, ou, plus récemment, des applications sur smartphone ayant des capacités limitées.

 

Dans la vidéo,  Liat Negrin, employée de la start-up israélienne OrCam qui a commercialisé le produit, et présentant une déficience visuelle, fait une démonstration du dispositif OrCam, qui l’aide à traverser la rue, à lire les menus et à faire ses courses à l'épicerie :

 

Cette avancée technologique est le résultat d’une amélioration rapide de la puissance de traitement informatique (on peut  maintenant facilement porter un petit ordinateur dans sa poche) et de l'algorithme de vision informatique mis au point par les scientifiques.

Sur un plan technologique plus étendu, le système OrCam est représentatif d'un large éventail d'améliorations rapides réalisées dans le domaine de l'intelligence artificielle, en particulier avec les systèmes de vision pour fabriquer des objets ainsi que dans le domaine des véhicules automobiles autonomes. (Le Dr. Shashua a auparavant fondé Mobileye, une société qui fabrique pour l'industrie automobile des caméras reconnaissant des objets tels que les piétons et les cyclistes et qui peut maintenir une voiture dans sa voie sur une autoroute.)

Aujourd’hui, on compte au moins six approches concurrentes dans le domaine de la vision informatique. Des chercheurs de chez Google et d’ailleurs ont commencé à utiliser ce qu'on appelle des techniques « d'apprentissage profond» qui tentent d'imiter les systèmes de vision biologiques. Le dispositif OrCam reste toutefois radicalement différent des lunettes Google qui sont conçues pour les personnes ayant une vision normale et qui ont une reconnaissance visuelle et une puissance de calcul locale limitées.

 

Pour l’avenir, « les défis sont énormes », a déclaré le Dr Wexler, co-auteur de l'étude et vice-président de la recherche et du développement chez OrCam. «Les gens qui ont une vision réduite ne retrouveront pas la vue, mais nous voulons mettre à contribution la science informatique pour les aider. »

« Aujourd'hui, les lecteurs professionnels de caractères optiques fonctionnent très bien lorsque l'image est bonne, mais nous avons des défis supplémentaires - il faut pouvoir lire les textes sur des surfaces souples comme un journal tenu dans la main», dit-il.

 

Le dispositif OrCam reconnaît actuellement les textes en anglais et est désormais en vente sur le site internet de la société pour 2500 $, soit l’équivalent du coût d'une prothèse auditive de moyenne gamme.