BioMilk : Le lait produit en laboratoire pourrait rivaliser avec le vrai lait

La startup israélienne BioMilk, entreprise révolutionnaire de food tech qui développe une technologie pour produire du lait de vache et du lait maternel de culture, a ouvert les négociations pour son introduction en bourse (IPO) dimanche à la bourse de Tel Aviv (TASE).

Fondée en 2018 par le Dr Nurit Argov-Argaman et Maggie Levy de l'Université Hébraïque de Jérusalem, BioMilk développe du lait de vache cultivé en laboratoire à partir de cellules mammaires. L'entreprise vise à produire un lait dont la composition se rapproche de celle du lait de vache commercial, sans additifs synthétiques ou végétaux, et avec une teneur en hormones et en antibiotiques inférieure à celle du produit traditionnel. BioMilk est également en train de produire une réplique du lait maternel fabriquée en laboratoire, qui comprend la production d'hydrates de carbone complexes présents dans le lait humain et qui favorisent le développement du système immunitaire.

Les employés de BioMilk lors du lancement de leur introduction en bourse. (crédit photo : Sivan Pereg)

Les produits alimentaires sans animaux, tels que la viande de culture et le lait de vache de culture, ont le potentiel de surmonter divers défis environnementaux, sanitaires et éthiques. Mais si de nombreuses entreprises dans le monde, y compris en Israël, se sont attaquées au marché de la viande de culture, le secteur du lait de culture est une industrie moins développée qui commence seulement à se faire un nom.

Il n'y a vraiment que trois entreprises viables de lait de culture dans le monde, dont nous, dit Nathaniel Benchemhoun, vice-président du développement commercial de BioMilk, "Deux d'entre elles sont très jeunes. Nous sommes la seule entreprise qui a atteint les stades de développement", dit-il à NoCamels, le principal site d'information couvrant les innovations de pointe en provenance d'Israël.

Nathaniel Benchemhoun

BioMilk, quant à elle, a utilisé les connaissances acquises au cours de 10 années de recherche par des scientifiques de l'Université hébraïque de Jérusalem pour développer sa technologie, explique Benchemhoun.

En février, BioMilk a réalisé une fusion avec Fantasy Network, une société écran cotée en bourse. À l'issue de la transaction, les actionnaires de BioMilk ont reçu environ 65 % des actions de Fantasy Network ainsi que des droits sur les actions, qui augmenteront sous réserve du respect de certaines étapes. La capitalisation boursière actuelle de la société est de 270 millions de NIS (82,8 millions de dollars). BioMilk est l'une des huit entreprises et partenariats de technologie alimentaire actuellement cotés sur le TASE.

"Il s'agit d'une étape importante dans la réalisation des objectifs de la société, à savoir l'accélération de l'introduction professionnelle de la technologie de Bio Milk et la mise à disposition de nos produits à base de lait de culture et de lait maternel sur le marché local et mondial", a déclaré Tomer Aizen, PDG de BioMilk, dans un communiqué. "La confiance des investisseurs dont nous bénéficions sur le TASE nous permettra d'améliorer nos capacités de développement et de proposer des solutions révolutionnaires au marché local et mondial".

Le désir d'entrer en bourse s'explique par plusieurs raisons, selon M. Benchemhoun. Outre le fait qu'il s'agit d'une période "favorable" pour les entreprises qui souhaitent s'introduire en bourse aux États-Unis et en Israël, Benchemhoun estime que l'opération offre également une bonne opportunité de croissance.

Retrouvez l'article original ici.