Message de Menahem Ben Sasson, Président de l'Université de Jérusalem

Mes très chers amis,

Une fois de plus, Israël fait face à une période difficile - et c'est dans des moments comme ceux-là que nous sommes reconnaissants du soutien et des bons vœux de nos amis du monde entier. Nous sommes très touchés par les nombreux messages d'amitié que nous avons reçus de votre part, c'est vraiment réconfortant.

Comme vous le savez tous, l'Etat d'Israël s'est engagé dans une mission pour sécuriser et ramener le calme dans le sud du pays, qui a été sous un feu continu depuis un certain temps. Le conflit s'est propagé depuis Sderot et ses environs à Beer Sheva, Ashdod et Ashlekon, et même jusqu’à Tel Aviv et Jérusalem, zones qui n'ont pas été épargnées et qui ont dû se mettre à couvert alors que des sirènes nous informaient de menaces imminentes.

Beaucoup d’étudiants, de personnel et du corps professoral de l’UHJ ont été appelés en tant que réservistes. Plus encore sont susceptibles d’être appelées dans les prochains jours. Je sais que vos espoirs se joignent aux miens pour qu'ils soient en sécurité.

L'Université a pris des mesures pour assurer la sécurité des personnes sur ses campus, et pour offrir un abri à ceux qui vivent dans les zones les plus vulnérables et les plus dangereuses, et pour assurer un soutien aux réservistes quand ils reviendront. Ces mesures sont:

  • Nous avons proposé aux étudiants du sud du pays habitant dans les dortoirs de l'Université d'accueillir leurs familles sur nos campus.
  • Les étudiants réservistes bénéficieront d'un soutien scolaire, y compris de photocopies de documents, de rattrapage en tutorat des conférences manquées, d’assouplissements spéciaux sur les dates d'examen, etc
  • Les services de conseil de l'Université sont prêts à aider tous les élèves si nécessaire.
  • Un site Web conçu pour aider les enfants à faire face aux situations d'urgence est diffusé largement.

J'ai demandé à tous les services étudiants d’être prêts à faire face à une augmentation de demandes d'assistance, à la fois dans le traitement du conflit actuel mais aussi de ses conséquences, une fois les réservistes de retour sur le campus.

Tout au long de cette période, la communauté universitaire continuera son enseignement et ses recherches aussi longtemps que la situation le permet. Comme nous le savons tous, la force d'une société est déterminée non pas par ses prouesses militaires, mais par ses activités de recherche et de développement, par la créativité de ses membres, et par la façon dont elle prend soin de ceux dont elle est responsable.

Nous prions tous pour que ce conflit soit résolu rapidement et que les pertes soient minimes.

Bien à vous,

 

Menahem Ben-Sasson